function et_add_viewport_meta(){ echo ''; }

Le 22 juin 2023, notre Coalition Territoriale a officialisé l’accueil de son 22ème membre. L’Écomusée du Viroin apporte au Parc national son expertise des paysages de l’Entre-Sambre-et-Meuse et de l’histoire rurale régionale. En tant que porte-relais, le site de l’Écomusée accueillera les visiteurs de passage dans le « Village des Musées », à Treignes. Guérand Gautier, directeur de l’Écomusée, nous a parlé de son engagement pour la région.

Implanté à la ferme-château de Treignes (Viroinval), niché entre Calestienne et Ardenne, l’Écomusée du Viroin propose aux visiteurs et visiteuses d’explorer les interactions entre les humains et les paysages de l’Entre-Sambre-et-Meuse, à travers l’histoire de la ruralité et de ses mutations au fil des siècles. Le musée valorise les savoir-faire traditionnels et questionne les évolutions sociales et culturelles par des recherches scientifiques, des expositions thématiques, des événements et des animations permettant de se plonger dans la vie des campagnes. Il participe aussi aux réflexions contemporaines sur la ruralité et la transition écologique.

Guérand Gautier, directeur de l’Écomusée, explique : « L’Écomusée est un musée du Sud de l’ESEM, il y a donc une coïncidence territoriale évidente avec le projet du Parc national. L’Écomusée était d’ailleurs impliqué depuis le début de la réflexion et a accompagné la naissance du projet. Dans le cadre du Parc national, l’Écomusée porte la création du futur Centre d’interprétation des paysages du sud de l’Entre-Sambre-et-Meuse. L’Écomusée sera également l’une des 9 portes-relais, permettant d’accueillir et d’orienter les visiteurs dans le Parc national.

« Notre mission est de permettre aux visiteurs de mieux comprendre les paysages, en les inscrivant dans un horizon historique », ajoute Guérand. « Nous avons donc vocation à présenter l’évolution de ces paysages, à étudier et expliquer leur transformation, en particulier au cours du XIXème siècle, mais aussi à réfléchir à leur avenir. Dans cette optique, il était pour nous parfaitement naturel de rejoindre le projet du Parc national, qui participe à la préservation de ce territoire et à l’évolution de l’identité rurale locale. Tout ce qui peut contribuer à mieux comprendre et soutenir le territoire mérite que nous nous engagions pleinement ! »

En tant que porte-relais du Parc national ESEM, l’Écomusée du Viroin sera doté d’équipements spécifiques pour l’accueil des visiteurs et visiteuses dans le Parc national, et il sera intégré à divers circuits et visites.

Selon Johanna Breyne, directrice du Bureau de projet du Parc national ESEM, « le village des musées (surnom bien mérité de Treignes) accueille quelque 70.000 visiteurs par an, il s’agira donc d’un carrefour important au sein du Parc national ESEM. Pour nous, l’Écomusée est un renfort de choix, car son expertise du territoire est précieuse pour enrichir et éclairer nos réflexions. D’ailleurs, son intégration dans la Coalition Territoriale est surtout une confirmation, car la collaboration existe depuis le début du projet ».

À travers ce partenariat avec l’Écomusée du Viroin, le Parc national ESEM s’inscrit donc dans l’histoire multiséculaire des paysages de l’Entre-Sambre-et-Meuse, façonnés par la nature et les pratiques des humains.

À propos du Parc national de l’Entre-Sambre-et-Meuse :

Le projet de Parc national de l’Entre-Sambre-et-Meuse a été sélectionné en 2022 pour devenir l’un des deux parcs nationaux de Wallonie. Il couvre trois milieux naturels d’exception : la Calestienne, la Fagne et l’Ardenne. Le parc a pour vocation de restaurer et valoriser ce patrimoine naturel tout en encourageant le développement et la participation au bénéfice des habitant.es.

A propos de l’Écomusée du Viroin :

Implanté à la ferme-château de Treignes (Viroinval), l’Écomusée du Viroin propose aux visiteurs d’explorer les interactions entre les humains et les paysages, à travers l’histoire rurale de l’Entre-Sambre-et-Meuse et de ses mutations au fil des siècles. Situé au cœur du Parc national, entre Calestienne et Ardenne, le musée valorise les savoir-faire traditionnels et questionne les évolutions sociales par des recherches scientifiques, des expositions thématiques, des événements et des animations permettant de se plonger dans la vie des campagnes. Il participe aussi aux réflexions contemporaines sur la ruralité et la transition écologique. En tant que partenaire du Parc national, l’Écomusée accueille une porte-relais et porte le projet du centre d’interprétation des paysages du sud de l’Entre-Sambre-et-Meuse.

Partenaire du Parc National

Tous les articles

Le Parc national s’est agrandi de 164 ha en zone nodale

Le Parc national s’est agrandi de 164 ha en zone nodale

Le territoire du Parc national ESEM, avec sa zone nodale et sa zone de développement. La dynamique collective qui entoure le Parc national de l’Entre-Sambre-et-Meuse a permis notamment de renforcer la zone nodale, qui s’est déjà agrandie de 164 hectares, après un an...

8 podcasts pour explorer la nature sans bouger

8 podcasts pour explorer la nature sans bouger

Sittelle Torchepot @Jean DelacreTrop froid ? Trop loin ? Trop fatigué ? Découvrez la nature sans sortir de chez vous, grâce à notresélection de podcasts. Longs ou courts, savants ou amusants, pour petits ou grands, ces pépitessonores vous emmènent à la découverte du...

3 questions à Lise, bergère du Parc national ESEM

3 questions à Lise, bergère du Parc national ESEM

Lise, bergère du Parc national dans la bergerie à CouvinLise Piron est chargée de projet Pâturage itinérant. En tant que bergère, elle accompagnera le troupeau du Parc national dans son estive à travers les collines de Calestienne. Elle nous parle de son métier de...

« On ne sauvera la nature qu’avec les gens ! »

« On ne sauvera la nature qu’avec les gens ! »

Alain Bouchat, gardien de la nature, représente Natagora au Conseil d'administration du Parc national ESEMAlain Bouchat est une figure bien connue de l’Entre-Sambre-et-Meuse. Grand artisan de la conservation de la nature dans la plaine de l’Eau Blanche, il retrace...

Un été 2023 sous les feux des médias !

Un été 2023 sous les feux des médias !

Grandeur Nature @RTBF - Un été 2023 sous le feu des médiasMalgré des records de chaleur sur l’ensemble du globe, l’été n’a pas été particulièrement ensoleillé dans nos contrées. Cela n’a pas empêché le Parc national ESEM et sa région de bénéficier d’un bel éclairage…...